Etienne Daho Le Dandy de la pop

Oran, Algérie, le 14 janvier 1956-

Etienne Daho 1956-
Photo Antoine Giacomoni

On le croit breton ou anglais, mais il est fils du soleil…
Né à Oran, en Algérie, le 14 janvier 1956, Etienne Daho reste aujourd'hui le plus international de nos artistes français. Si son cœur est au Sud (il aimerait vivre à Séville plutôt qu'à Londres), sa musique est au Nord (anglo saxonne avant tout). Timide et discret, Daho est non seulement l'interprète de nombreux tubes (Week end à Rome, Duel au soleil, Tombé pour la France,…), mais aussi l'instigateur et le producteur de nombreux autres artistes (des Valentins à Brigitte Fontaine dont il a relancé la carrière avec Genre humain). Tantôt confident (avec Françoise Hardy ou Lio), tantôt ami (avec Elli Medeiros ou Arnold Turboust), ou encore mentor (avec Edith des Valentins), Etienne appartient à une catégorie d'hommes généreux et talentueux que le temps et l'espace n'effraient pas. Car il est aujourd'hui un des chanteurs français les plus appréciés de sa génération, et dont le talent a franchi les frontières de l'hexagone.

Entre rires et larmes

Fils de militaire, Etienne Daho naît et grandit dans une Algérie française en pleine guerre. Les moments de bonheur alternent avec l'horreur au quotidien. Rentrant de l'école avec ses sœurs, il est parfois obligé dans la rue d'enjamber des cadavres. En 1965, la famille Daho rejoint la France, tout d'abord à Reims, chez une tante d'Etienne, puis à Rennes, en Bretagne, où il passera le reste de sa jeunesse. Ses premiers contacts avec la musique sont précoces. Enfant, il danse devant le juke box de l'épicerie de ses grands-parents pour amuser la galerie, mais la révélation a lieu à Paris, à l'Olympia, lorsque ses parents l'emmènent voir un concert de Petula Clark. Etienne a huit ans et tombe sous le charme de la chanteuse. Coïncidence ? Petula est le parfait exemple du mélange des genres franco-anglais (à l'image d'une Birkin). A l'adolescence, il n'échappe pas à la déferlante Beatles et Stones, ainsi qu'au Pink Floyd et au Velvet Underground de Lou Reed, tout en restant attaché à la chanson française et au jazz qu'écoutent ses parents. Il forge ainsi, dès son plus jeune âge, la double influence que l'on retrouvera dans son œuvre bigarrée.

Transmusicales et premières mélodies

Après des études d'anglais (comme par hasard…) à Rennes, Etienne fait la connaissance en 1976 d'Hervé Bordier. Cet ami, féru de musique et à l'affût de toutes les nouveautés, crée les Transmusicales de Rennes et inaugure le festival avec Higelin. Il présente aussi à Etienne Philippe Pascal et Franck Darcel (Marquis de Sade), qui encourageront le jeune homme à se lancer dans la chanson. En cette année 1978, Etienne s'investit plus dans la musique que dans le travail. Il fonde une association Ellipse afin de marcher sur les traces de son ami Hervé. Loin de réussir le pari des Transmusicales, Daho parvient cependant à organiser un concert exceptionnel des Stinky Toys (le groupe de Jacno et d'Elli Medeiros) et des Marquis de Sade le 20 décembre 1978. Le concert est un non-événement, mais la rencontre avec Elli est magique. Etienne en tombe immédiatement amoureux avant que ne prenne place une amitié sincère et durable. La jeune femme encourage Daho à chanter, et après une première expérience sur scène aux deuxièmes Transmusicales, il enregistre quelques maquettes qu'il distribue autour de lui (sous le nom de Daho Junior). Sa carrière naissante se concrétise en 1980 avec la rencontre d'Arnold Turboust, auteur, compositeur et musicien de talent (on le connaît pour son succès Adélaïde). Le travail commun des deux amis aboutit à la sortie d'un premier album Mythomane en 1981.

Paris

Etienne s'installe à Paris pour répondre au succès médiatique de son premier disque. Mais c'est à Rennes qu'il enregistre le très beau 45 tours, Le grand sommeil. Ce titre sort en décembre 1982 et obtient un certain succès qui permet au couple Daho-Turboust de peaufiner le deuxième album d'Etienne, La notte la notte, qui sortira en 1984, avec une magnifique pochette de Pierre et Gilles. L'extrait de ce disque Week end à Rome est un véritable tube. Il fait rentrer définitivement Daho dans le monde de la chanson tout en le cantonant à un style pop-naïf dont il aura du mal à se défaire. Tomber pour la France confirme son talent et offre au chanteur le Bus d'Acier 1985. Etienne est désormais un artiste reconnu et son nouvel album, Pop Satori, sorti en 1986, ne déçoit pas. C'est un disque nouveau et riche, aux mélodies entraînantes et aux textes sensibles. Epaule Tatoo passe sur toutes les ondes et fait de Daho le chef de file de la pop française.


Etienne Daho par Patrick Messina

Cinéma

Parrallèlement, il s'essaie au cinéma dans deux films de Olivier Assayas (Désordres amoreux) et de Virginie Thévenet (Jeux d'artifice). Cette expérience lui permet surtout de ne pas tomber dans le piège du succès . " J'étais devenu de la chair à médias " avoura-t-il, se rappelant cette période faste. En effet, sa maison de disque use et abuse de vidéos, compilations, inédits, photos en tout genre. Etienne préfère s'éloigner afin de conserver son identité et son honnêteté. Laissant de côté le métier d'interprète, il se lance dans la production d'autres artistes, à commencer par son complice et ami Arnold Turboust. Un trio de jeunes gens l'aborde dans une boîte de nuit, après une soirée un peu arrosée. Ce groupe, Les Max valentins, se compose notamment d'Edith Fambuena et d'un certain Gérald De Palmas. La première conserve de cette rencontre un succès médiatique (le groupe, séparé de De Palmas devient les Valentins) et une solide amitié avec Etienne. Le second, lancé avec l'aide de Daho, deviendra l'artiste de talent que l'on connaît aujourd'hui.

Londres

Emigré à Londres où il s'imprègne des derniers courants musicaux en vogue, notre " rennais " prépare et enregistre un album très anglo-saxon : Pour nos vies martiennes, qui sort en juin 88 et se fait remarquer par le tube Bleu comme toi. La tournée qui s'en suit culmine au Zénith de Paris avec l'enregistrement d'un album live. Décidément cosmopolitain, Daho part pour New York où, avec la complicité d'Edith, il enregistre Paris Ailleurs qui sortira en 1991. Cet album marque un tournant dans la carrière musicale d'Etienne. Plus mûr, composé presque exclusivement par son interprète, il livre un opus intelligent et nouveau, qui cherche à bannir l'image de séducteur timide qui lui colle à la peau. Mais rien ne fera rester en place cet éternel voyageur. A peine sorti de la promotion de Paris ailleurs, il s'investit à fond dans une autre aventure : Urgence , association caritative au profit des victimes du SIDA, permet, avec la collaboration des Bruel, Sheller, Aubert, Goldman,… d'enregistrer le premier disque destiné à lutter en France contre ce terrible fléau. Mais alors que sa volonté de rester en dehors des feux de la rampe le pousse à retrouver sa ville d'adoption Londres, Etienne est victime d'une rumeur. Absent des médias, on le dit mort du SIDA (Isabelle Adjani sera, plus tard, victime de la même rumeur). Bien vivant Daho sort le disque St Etienne Daho fin 1995. Il est un album hybride, fruit de la collaboration du groupe anglais St Etienne et de l'artiste français.

Collaborations

Malgré de nombreuses participations à d'autres albums (en tant qu'auteur ou en tant que producteur : Brigitte Fontaine, Guesch Patti, Elli et Jacno, Turboust, Dutronc,…) Daho trouve encore le temps et l'énergie de composer Eden, qui sort fin 96, l'année de ses quarante ans. Cet album, très influencé par la mode trip-hop jungle, déçoit un peu. Il prouve cependant que le chanteur ne se satisfait jamais de sons prédéfinis, et qu'il sait se remettre en cause sans tomber dans la routine et l'ennui. Toujours aux avants postes de la modernité, il inaugure son site Internet en 1997. Il est avant tout un homme de l'universalité, mais se garde bien d'être une star à l'américaine.

Ses 20 ans de carrière ont permis la sortie d'une compilation de ses plus grands tubes, un coffret de 20 singles, la parution d'une version anglaise de Au commencement,… Nombreux sont les artistes français ou anglais qui reconnaissent en lui un des piliers de la chanson francophone contemporaine. De Dutronc à Fontaine, de Lio à Chris Isaak, de Birkin à Vartan, Etienne Daho s'installe discrètement au sommet de son art. Généreux, comme lorsqu'il chante pour Urgence ou les Enfoirés, partenaire idéal comme durant l'année 2001 avec Dani (égérie des années 60 dont il relance la carrière), il est sans conteste un homme de talent dont chaque album révèle des trésors de musicalité et d'ingéniosité. Son nouvel album Réévolution (novembre 2003) est attendu comme une révélation.

Copyright Petit dictionnaire... avril 2002-nov. 2003
http://perso.wanadoo.fr/chanson_francaise